AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
- Sexy bad boy en quête de sensations fortes -



▬ Célébrité : Ian Somerhalder
▬ En ville depuis le : 08/09/2012
▬ Je suis agé(e) de : 165 ans
▬ Nombre de missives : 768

MessageSujet: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   Mer 26 Déc 2012 - 21:22


On croit connaître les gens, et pourtant..


La nuit que je venait de passer avait été comme d'habitude plutôt mouvementée en compagnie d'une charmante demoiselle qui m'avait offert ses courbes délicieuses jusqu'à l'aube. Jusqu'à ce que je plante sans aucune délicatesse mes crocs dans son cou et que je ne la vide de son sang pour être plus précis. Encore une, et je n'éprouvais pas le moindre remord de l'avoir fait. 20 bonnes minutes plus tard mes pas me conduisirent jusqu'à éternel meilleur ami et une verre de bourbon plus tard je sortais du manoir familial d'un pas rapide. Je n'avais aucune idée quant à ma destination, mais l'idée de rester entre mes quatre murs ne m'intéressait guère. Pas ce soir, j'avais bien l'intention de m'amuser. Mes pas me menèrent très vite dans la grande rue, il n'y avait pas foule, pas étonnant vu la saison, et le froid qu'il fait. Seuls quelques humains avaient eu le courage de sortir par ce froid.

J'avançais tranquillement, regardant autour de moi dans l'idée de peut être croiser quelqu'un de familier. Aucune trace d'Elena, bien que je sois dans son quartier, et encore moins de Riley. Un petit sourire s'afficha sur mon visage à la pensée que je n'avais pas vu ce dernier depuis quelques temps, et qu'il serait certainement ravi de me voir. Je continuais mon chemin donc, dans l'idée d'aller le saluer lorsque je vis une créature débouler en courant dans la rue. Je l'observais plus dans le détail et vis qu'une laisse pendait le long de son corps. Mes sourcils se froncèrent, je me demandais d'où elle pouvait bien venir, et visiblement tout ce qu'elle voulait faire à cet instant c'est s'éloigner le plus vite possible, comme loin de quelqu'un ou de quelque chose.

Je scrutait l'horizon ne voyant personne et finit par l'arrêter d'un geste lui demandant ce qu'elle fuyait comme ça. Ses paroles n'étaient pas très clairs, elle semblait perdue. J'essayais d'en savoir plus lorsqu'une silhouette se profila à quelques pas de là et j'entendis une voix que je reconnus comme être celle de mon vieil ami appelant une femme. La créature se raidit à l'entente de cet appel. Nom de dieu, ne me dite pas.. et pourtant les pièces du puzzle ne mirent pas bien longtemps à s'assembler dans mon esprit. Cette femme était un jouet de Riley qui visiblement n'avait pas été très sage. Je ris observant la scène, retenant finalement cette proie féminine et lançait la phrase suivante à mon pote qui s'approchait avec l'air passablement énervé.

- Alors mon vieux on a perdu un de ses joujoux ?

Code by AMIANTE



Everything seems so dull without you, i miss you buddy.

© Ecstatic Ruby


Dernière édition par Damon Salvatore le Dim 30 Déc 2012 - 20:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- Je suis un prédateur impitoyable, rôdant à l'entour de vous pour m'emparez de vos âmes. -



▬ Célébrité : Thomas Mann
▬ En ville depuis le : 05/10/2012
▬ Je suis agé(e) de : 541 ans
▬ Nombre de missives : 192

MessageSujet: Re: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   Sam 29 Déc 2012 - 1:20



« Il ne suffit pas de fuir, il faut fuir dans le bon sens. »
feat. Damon Salvatore.


La nuit venait de tomber sur la petite ville de Mystic Falls, le vent venait caresser doucement les aiguilles des épicéas ainsi que l'herbe qui dansait en parfaite harmonie avec cette douce bise d'hiver. Tout semblait pour le plus calme, sauf peut-être dans une des demeures du coin. La maison d'un dénommé Riley Cooper, cette énergumène passait ses nuits à s'amuser avec ses tendres humaines qui lui servaient surtout d'animaux de compagnie. Il était à présent l'heure de la promenade pour l'une d'entre elle, apparemment une jeune recrue puisqu'elle ne comprenait pas ce qu'il se passait. Le vampire attrape une laisse et l'attacher au collier qu'elle avait au cou. La pauvre femme grimaçait quand elle vit ce qu'il lui fait et préparait en douce un plan pour qu'elle réussisse à s'évader de ce cauchemars, mais rien à faire pour l'instant aucune ouverture ne semblait pointer son nez. Le maître et sa bonne chienne finirent par sortir de chez lui, le vampire prend soin de refermer derrière pour que les autres ne s'ennuient pas, de toute façon avec son hypnose elles ne vont même pas sortir du bâtiment.

La journée fut terrible pour cette dernière... Riley l'avait péché dans un coin louché complètement paumé et comme il la trouvait à son gout niveau physique ainsi que sanguin, la sangsue la prit sous son aile et l'embarque chez lui pour en faire son nouveau jouet puisqu'il avait Manger l'autre qui ne lui servait plus à rien. Bien entendu l'humaine pensait être tombé sur quelqu'un de tout à fait normal qui voulait juste lui apporter de l'aide, elle se voit embarquer dans une situation qu'elle n'aurait jamais cru vivre jusqu'à présent... Et pour combler tout ça, elle était tombée sur l'être le plus infâme de cette terre, un vieux vampire complètement avide de sang et de torture. Et elle se retrouvait là complètement sous l'emprise de ce démon des nuits et de ses autres bouffes qui ne lui faisaient que des atrocités. Cela ne faisait qu'une journée qu'elle était là, dans cet enfer, qu'elle en avait déjà marre de vivre dans ses conditions.

Ce soir, elle tentait le tout pour le tout. Alors, que le vampire avait le dos tourné pour refermer le portail qui les séparait de la route. La femme bondit sur l'occasion et commença à courir de toutes ses forces, elle s'éloignait bien vite de Riley qui restait planter là avec un sourire malveillant sur les lèvres. D'ailleurs, son unique réaction fut de rester là, la voyant s'enfuir et de sourire en prévoyant déjà la correction qu'il lui infligera. La bête commença d'un pas rapide, mais néanmoins humain à poursuivre la douce créature, il la pistait grâce à son odorat qui ne laisserait jamais filer une odeur aussi alléchante que celle-ci. Il suivait la piste et pendant une bonne quinze de minutes ce qui commençait légèrement à lui taper sur le système, mais très légèrement, tellement légèrement qu'il grognait déjà alors qu'il ne l'avait même pas retrouvé. Vu l'état dans lequel elle le mettait, la pauvre n'a pas intérêt d'arrêter de courir.

Soudainement l'odeur se fit plus fort à mesure de ses pas, elle avait donc arrêtée de courir ou bien elle fut stoppé par quelques choses ou quelqu'un. Riley n'arrêtait pas sa course et commença donc à l'appeler.

« Miranda... Miranda... Miranda... » Sa voix ressemblait à celle des films d'épouvante, un murmure à vous glacer le sang.

Le fauve continuait sa route et affichant un sourire à vous faire froid dans le dos, quand il reconnut la personne qui retenait sa victime. Damon se tenait là, devant lui en tenant sa chienne par sa laisse. Quand il entendit ses paroles, il ricana légèrement et se poste devant lui.

« Tu te trompes Damon... Je ne perds jamais mes jouets... »
Dit-il en soupirant. « C'est eux qui s'échapper, parce que j'y vais toujours trop fort quand je joue avec eux, ou bien alors ils finissent en déjeuner quand ils se cassent. » Son sourire continuait toujours d'animer son visage.

Il se tournait vers l'humaine qui semblait bien entraver et ne pouvait bouger. Des tremblements secouait son pauvre corps dans tous les sens, sa respiration se faisait courte et saccadé et ses yeux étaient toujours rivé sur le sol ayant peur de regarder le fou qui la gardait comme prisonnière. Le vampire ne voyait pas les choses du même angle, plus il sentait la peur de cette femme, plus la sensation qu'il ressentait devenait grande, au point de devenir jouissif. Avec sa main gauche, il remontait le cou de son proie fermement pour qu'il la regarde dans les yeux.

« Alors, Miranda... On a fait la vilaine, tu sais ce que j'inflige aux gens qui n'ont pas été sage en ma présence... » Il attendit une réponse de sa part, mais sa peur l'empêchait de parler, donc elle secouait légèrement la tête. « Non ? Oh... Et bien, je vais te le dire et je suis sûr que tu vas adorer l'idée. » Dit-il en s'approchant de son oreille pour lui susurrer ce qu'il l'attendait.

La femme fit les gros yeux et une expression de stupeur se dessina sur son merveilleux visage. Quant au vampire, il jubilait en sentant tous les muscles de son corps se raidir sous ses « douces » paroles. Il se redressa affichait un dernier sourire avant de tourner son attention vers son vieil ami de toujours.

« Ah... Oui... A cause de toutes ses conneries, j'en perds les bonnes manières. » Dit-il en riant quelque peu. « Comment vas-tu mon vieux, pas trop mort ? » Dit-il en souriant.

créée par Matrona




Riley Cooper ✖️ I'm a monster ☣️
« Je t'abattrai comme un vulgaire animal » dis-je, car les seins de ma proie se dressaient entre mes doigts. Mon autre main glissa le long de son cou et elle gicla contre le mur comme un vulgaire pantin. Je lui mordis le cou déjà ensanglanté, elle trémoussait comme un ver de terre, appela à l'aide, puis fut enlacé par les douceurs de la mort. .unbreakable


Dernière édition par Riley Cooper le Sam 2 Mar 2013 - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- Sexy bad boy en quête de sensations fortes -



▬ Célébrité : Ian Somerhalder
▬ En ville depuis le : 08/09/2012
▬ Je suis agé(e) de : 165 ans
▬ Nombre de missives : 768

MessageSujet: Re: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   Dim 30 Déc 2012 - 20:25


On croit connaître les gens, et pourtant..


La scène à laquelle j'assistais m'intriguait autant qu'elle m'amusait. Ce bon vieux Riley m'avait semble-t-il caché quelques penchants qu'il pouvait avoir avec les femmes a en juger par la laisse de celle qui se trouvait devant moi. Et après cela on dit que je suis le méchant dans l'histoire, c'est que l'auteur n'a pas encore pris soin de bien étudié le cas Cooper. Même moi le mec tordu qui aime toujours faire du mal autour de lui et surtout torturer ses victimes en compagnie de ce dernier je ne traite pas les femmes de cette façon. Je n'ose même pas imaginer la tête d'Elena si je m'y mettais et franchement j'ai déja hâte de voir celle qu'elle fera lorsqu'elle comprendra pour notre ami ici présent. Bon soit, ça reste toujours ce bon vieux vampire avec qui je me tape les délires les plus fous et ça ne changera pas, mais quand même. Il ne risque pas d'être bien vu dans cette ville s'il se promène avec ses jouets comme cela, au grand jour. Et voilà que je me soucie du sort de mon ami, comme si cela avait la moindre importance. On sait tous que peu importe ce que les gens penseront un peu partout, il continuera de faire ce qu'il souhaite, parce qu'il a toujours été ainsi.

Pour l'heure il était devant moi et affichait un sourire qui ne présagait rien de bon. Je tenais toujours la demoiselle par sa laisse, alors qu'il se mis à me répondre, me disant qu'il ne perd jamais ses jouets, que c'est plutôt eux qui s'enfuient parce qu'il a trop joué où alors ils finissent en casse croute quand ils se cassent. Quel programme dis donc. Un petit rire s'échappa d'entre mes lèvres à ses paroles, et alors qu'il s'approchait de l'humaine qui se collait encore plus contre moi. Pas de chance pour elle, tellement stressée qu'elle est, elle n'a pas encore du cogiter sur le fait que lui et moi sommes amis et que donc je ne ferait rien pour l'aider à s'en sortir, au contraire.

Pauvre petite humaine, complètement perdue qui a tellement peur qu'elle ne fait plus aucun mouvements à présent, et comme je la comprend. Mettre Riley Cooper en colère n'est définitivement pas la meilleure chose à faire. Celui ci fait en sorte qu'elle la regarde dans les yeux, et lui fait comprendre que la punition sera à la hauteur de sa bêtise. Bien sûr j'ai tout entendu, merci à mon ouie surdéveloppée, et sens que je vais passer une sacrée soirée, même si pour ma part je préfère encore m'en tenir aux pratiques habituelles, chacun son truc.

Mon ami semblait content de lui et très impatient, quant à la demoiselle elle était tout bonnement terrorisée par ce qui l'attendait. La laisse trainait par terre maintenant, et j'en était sûr, elle avait pensé à s'échapper de nouveau sauf qu'elle devait enfin avoir fait le lien entre lui et moi et adopter le fait que cela était un très mauvais plan. Elle ne savait pas qui j'étais certes, mais un vampire reste un vampire. Surtout dans les yeux d'une frêle petite humaine qui n'a de toute manière aucune chance de s'en sortir, hahaha. Allez savoir pourquoi je n'en ai que faire de savoir ce qu'elle va subir, et même si ce n'est guère ma came je ne compte pas m'opposer à cela. Après tout elle l'a cherché, on ne contrarie jamais son maître. J'esquissais un sourire, alors que Riley en venait à ma présence et me demandais comment j'allais, si je n'étais pas trop mort. Hillarant mon vieux.

- Mort n'est pas le terme le plus adéquat à ce moment précis vieux frère dis-je en riant. Amusé me semble plus approprié. Et dire que je pensais tout savoir de toi, t'es un beau salaud de m'avoir caché ta plus grosse addiction. Je me porte comme un charme sinon, bien mieux que ta chienne qui semble sur le point de défaillir si tu veut mon avis.

Je partis d'un rire tonitruant qui sembla glacer le sang de la dénommée Miranda qui me regardait avec un air suppliant, pensant peut être que j'avais un coeur et que j'étais sa seule porte de sortie possible. Ne compte pas là dessus ma petite dame, ma décision est déja prise et je ne reviendrais pas dessus alors autant te faire à l'idée que tu va y passer. Je fis quelques pas puis regardais Riley à nouveau.

- Dire que je pensais passer te voir, ce que je n'avais pas prévu c'est que ce soit toi qui tombe sur moi. Maintenant je comprends aisément à quoi tu occupais ton temps et pourquoi tu ne donnais pas de nouvelles.

J'esquissais un sourire et mis une tape sur l'épaule de mon frère que j'étais bien content de retrouver peu importe les circonstances. Malgré tout apprendre un truc sur lui que je ne connaissais pas déja me laissais un peu perplexe. On crois toujours connaître les gens sur le bout des doigts, et finalement.. on est parfois bien loin du compte.

Code by AMIANTE



Everything seems so dull without you, i miss you buddy.

© Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- Je suis un prédateur impitoyable, rôdant à l'entour de vous pour m'emparez de vos âmes. -



▬ Célébrité : Thomas Mann
▬ En ville depuis le : 05/10/2012
▬ Je suis agé(e) de : 541 ans
▬ Nombre de missives : 192

MessageSujet: Re: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   Ven 4 Jan 2013 - 21:02



« Il ne suffit pas de fuir, il faut fuir dans le bon sens. »
feat. Damon Salvatore.


Notre vieux fou qui semblait totalement en mode tueur hésitait entre deux chois de tortures très intéressantes pour lui. Riley adorait que ses petites victimes soient torturées avant de mourir dans d'atroce souffrance, il adorait ça, autant que de jouer avec ses petites chiennes. Enfin jouer n'est pas vraiment approprier... Il les oblige surtout à faire tous ses petits délires pervers, infâme et irrespectueux... Donc je vous laisse comment est monsieur Cooper avec ses jouets. Enfin, ne nous mettons pas des images immondes dans la tête. Dans la tête de Riley, les idées se mêlaient pour décoder la meilleure torture. Oui, parce que le vampire lui murmura qu'elle crèvera dans d'affreuses conditions, mais pas lesquelles...

La première solution qu'il avait dans la tête n'était rien d'autre que de la marquer au fer rouge, quelques choses qu'il appréciait particulièrement de marquer ses victimes comme du bétail. Entendre le bruit de la peau qui grésillait sous la chaleur du métal qui s'en approchait, le rendait quasiment heureux, il adorait ensuite entendre le son de la chair se consumait au contact du métal. Il frémissait de plaisir d'entendre ses proies hurler à la mort... Le suppliant de les achever que de plutôt continuer son massacre. Il aimait infliger cette torture aux humains, parce qu'il n'avait juste pas à viser les points vitaux et il pourrait la torturer autant de temps qu'il vaudrait, puisque la plaie cautériserait grâce à la chaleur que dégagerait le point de métal. Je vous laisse imaginer les dégâts qu'il fait sur ses victimes et où il plante cette tige de fer... Il ne vise pas les points vitaux, mais adore taper dans les points faibles de l'être humain.

Et l'autre idée qu'il avait en tête n'était rien d'autre que de planter de petits aiguilles sous la chair qui se trouve sous les oncles. Quel horrible douloureux qui envahit votre corps à chaque insertion d'aiguilles. Une torture des plus douloureuse qu'il puisse avoir pour l'homme, car elle semble très efficace pour lui retirer des informations, mais le vampire dans ses circonstances, il ne veut rien avoir de sa proie... Sauf peut-être des hurlements et des pleures de douleurs, mais il l'aimait bien aussi parce qu'il pouvait la faire souffrir pendant des heureux sans qu'elle meure. Oui, il est réellement un monstre sans coeur qui ne veut qu'une chose : causé souffrance, désastre et destruction partout où il va. Le vampire secoua son esprit pour revenir sur son interlocuteur qui lui annonçait qu'il était plutôt amusé parce qu'il voyait, tu m'étonnes un mec aussi sadique que Riley ce Damon Salvatore...

A l'entende des propos suivants Riley sourit et leva les yeux au ciel, alors comme ça, même son frère n'était pas au courant de ses tendances envers les femmes... Etrange, mais il prit la parole pour se justifier.

« Mais voyons Damon ! Je ne t'étais rien caché, juste que j'avais arrêté d'avoir des animaux de compagnie depuis que je voyageais à la recherche de ce que je pourrai faire de bien pour apporter bonheur et prospérité à mon prochain. » Finit-il avec une voix sainte, mais tellement ironique. « Enfaite pour être franc avec toi, j'ai peut-être oublié de mentionner deux ou trois de mes pratiques avec les frêles humaines. » Dit-il en souriant. Quand Damon lui annonça le mot chienne, il tourne automatiquement sa tête vers la jeune femme et lui caresse la joue. « Ma pauvre petite chienne. » Finit-il en soupirant. « Pourquoi, tu étais obligé de m'énerver ? » Dit-il froidement.

La pauvre femme essayait de supporter les caresses de ce démon tant bien que mal, mais elle recula légèrement la tête pour se dégager de la caresse du vampire. Alors, que Riley s'apprêtait à lui faire quelques choses Damon lui mit une tape amicale et lui adresse de nouveau des propos sur le pourquoi du comment il était occupé.

« Tu sais les animaux demandent beaucoup d'attention... Mais tu sais qui réclame le plus, c'est souvent le maitre, enfin tu vois ce que je veux dire... C'est juste qu'avec mes chiennes, on ne joue pas au échec. » Dit-il en riant un peu.

Il se tourne vers son humaine et soudainement sa caresse s'arrêta et passa sa main derrière sa tête. Il agrippa violemment ses cheveux et les retirer légèrement en arrière avec force. Une lueur inquiétante dansait dans son iris et la pauvre femme hurla et amena ses mains vers le bras de Riley pour l'empêcher de lui faire mal. Des larmes commencèrent à couler sur ses yeux et elle implorait ce vieux fou d'arrêter.

« Hein... Miranda... Dis-moi pourquoi tu m'as foutu en rogne petit garce... Et après tu me demandes de t'accorder la vie sauve, tu crèveras et ça dans les meilleures conditions qui soient et je t'enverrai empailler à ta pauvre famille pour qu'il aie un souvenir de toi... » Finit-il en la lançant au sol comme un vulgaire pantin. Il se tourna vers Damon. « Hum... Sinon comment se porte Elena ? Toujours envie de rester dans la bonne partie de l'humanité ? » Dit-il en souriant, étrangement sa voix n'avait aucune consonance méchante.

Miranda, la pauvre chienne de Riley, continuait de pleurer au sol et essayait de ramper pour s'enfuir plus de son agresseur, mais le vampire remarqua sa tentative des plus pourris et enjamba son corps avant de ce poster devant elle. Il la souleva par le collier pour qu'elle s'étrangle et elle continua d'implorer, mais la bête sanguinaire n'arrêta qu'après un moment. Il prit la laisse et tira dessus pour qu'elle se relève.

« Tu as raison, Miranda, je ne peux pas t'abattre tout de suite... J'ai besoin de toi en pleine forme pour ce qu'on va te faire. » Il se tourne vers Damon. « Enfin bien sûr si tu veux y participer, je ne t'y oblige pas. » Dit-il en souriant et remet son attention à sa chienne. « J'hésite encore... Hum... Je ne sais pas quoi faire... Te marquer au fer rouge ou simplement t'enfoncer des aiguilles sous la chair des ongles pour t'entendre hurler... C'est vraiment un dur choix... » Dit-il en réfléchissant alors que sa victime est tétanisée.

créée par Matrona




Riley Cooper ✖️ I'm a monster ☣️
« Je t'abattrai comme un vulgaire animal » dis-je, car les seins de ma proie se dressaient entre mes doigts. Mon autre main glissa le long de son cou et elle gicla contre le mur comme un vulgaire pantin. Je lui mordis le cou déjà ensanglanté, elle trémoussait comme un ver de terre, appela à l'aide, puis fut enlacé par les douceurs de la mort. .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- Sexy bad boy en quête de sensations fortes -



▬ Célébrité : Ian Somerhalder
▬ En ville depuis le : 08/09/2012
▬ Je suis agé(e) de : 165 ans
▬ Nombre de missives : 768

MessageSujet: Re: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   Ven 11 Jan 2013 - 18:47


On croit connaître les gens, et pourtant..


Malgré tout ce que l'on pouvait penser sur mon compte, j'avais encore quelques principes et parmi eux se retrouvait le fait de ne pas traiter une femme comme un vulgaire animal. Soit, je ne dit pas que je n'avais jamais agi de la sorte une fois ou deux dans ma longue existence, mais aujourd'hui je n'étais plus le même. Toutefois la question qui s'imposait à moi en assistant à la scène était la suivante. Allais-je participer à cela, ou resterais-je en retrait, provoquant chez Riley quelque chose comme de la moquerie, quelque chose qui me suivrait sûrement longtemps, le connaissant Je n'étais absolument pas le genre à me ranger à un avis pour échapper à ce genre de choses, mais au final j'arrivais à la conclusion que traiter une femme comme un jouet n'avait jamais fait de mal à personne. J'avais envie de m'amuser un peu, et quand on sait à quel point on peut s'ennuyer dans cette foutue ville ça n'étonneras personne que je fasse une petite entorse à mes règles pour partir dans un délire avec mon vieux pote. Rien de bien méchant et puis après tout je suis là maintenant autant en profiter. Je ne franchirais toutefois pas une certaine limite. Pas ce soir, je ne suis guère d'humeur à cela et certainement pas de cette façon mais nous verrons bien ou tout ça va nous mener en priant pour qu'Elena n'ai pas vent de cela sans quoi elle me fuirait sans doute jusqu'à la fin de ses jours me dis-je en esquissant une grimace.

Revenant au présent j'observais la scène, et cette créature qui devait sans doute prier pour qu'un miracle se produise et qu'elle puisse d'une façon ou d'une autre échapper au sort qui l'attendait. Innévitablement. J'avais toujours été le méchant du plus loin que je m'en souvienne, surtout lorsque l'on me comparait à mon frère mais depuis l'arrivée de Riley dans cette ville, tout le monde avait découvert pire que moi. Il me rendait service en quelque sorte, pour tout le monde je n'étais plus aussi diabolique. Toutefois, précisons quand même que lui et moi réunis donne toujours un résultat assez incroyable. Gare à vous si la team Daley vous as dans sa ligne de mire, cela n'augure jamais rien de positif. Je fis quelques pas, tout en écoutant sa réponse à mes paroles de toute à l'heure, Il précisa qu'il ne m'avait jamais rien caché, mais qu'il avait seulement arrêter de prendre des animaux de compagnie. Un sourire s'affichait sur ma gueule d'ange. Sacré Riley, toujours à repousser les limites encore plus loin, c'est à se demander jusqu'où il va aller. Okay, il admettait avior oublié de mentionner quelques points, enfin au fond ce n'est pas comme si j'allais lui en vouloir. Non, ça m'amusait trop pour cela.

Il s'adressa ensuite à sa '' chienne '' en demandant pourquoi elle avait été obligé de l'énerver. Oui petite écervelée, qu'avait tu dans la tête comme si tu avais une seule petite chance de t'en sortir face à ce mec là. Tu as pris tes rêves pour la réalité ma petite dame me dis-je encore plus amusé par la situation. Mon vieux frère s'empressa de reprendre en m'expliquant que souvent dans cette situation c'est le maître qui en demande le plus, et qu'avec ses chiennes ils ne jouent pas aux échecs. Tient donc, je ne l'aurais pas deviner, c'est vrai que c'est monnaie courante de jouer aux échecs avec une femme en laisse. Un petit rire s'échappa de ma bouche alors qu'il s'adressait une fois de plus à la créature qui était en bien mauvaise état à présent. Hum, et ce n'est que le début me dis-je dans ma tête. L'envoyer empailler à sa famille, voilà qui pourrait faire un joli cadeau de Noël, avec un peu de retard certes mais c'est le geste qui compte comme on dit, non ?

J'imaginais déja la tête des parents éplorés en découvrant cela et traitant celui ci a fait ça de la pire des façon, cela ferait pour sûr bien rire mon vieux copain qui n'en as vraiment que faire de ce que penses ces stupides petits humains. Je l'entendis me demander des nouvelles d'Elena et tout ne posant la question à savoir si elle avait toujours envie de rester dans la bonne partie de l'humanité. Elle était un des seul sujet humain dont il ne se moquait pas, où il n'agissait pas en psychopathe. Elena Gilbert fait cet effet là, allez comprendre.

- Yép, elle va bien, même si c'est quelque peu étrange de parler d'elle dans cette situation, avec ta chienne qui n'en peux plus. Dis-je en riant. Concernant son humanité je ne veux pas de ca pour elle tu le sais mieux que personne, et elle non plus. Je te vois venir, tu n'attends que cela n'est ce pas ? Qu'elle soit immortelle. Guy, je crois que ton animal de compagnie est en train de chialer comme une mioche.

Je jetais un coup d'oeil sur le pauvre corps de cette femme qui n'avait sûrement pas demandé à se retrouver là et à subir cela mais je n'avais aucune pitié pour elle. Au contraire, elle m'écoeurait un peu à geindre depuis toute à l'heure. Oh c'est bon, ferme là tu me casses les oreilles blondie. Arrête ça, simple conseil. Mon regard se reporta sur mon ami qui était en train de lui expliquer qu'il hésitait encore entre deux options pour son châtiment. Toujours aussi cruel de bon vieux Riley et le temps ne semble pas l'addoucir, bien au contraire.

- Si tu permet que je donne mon avis vieux frère.. on est deux, alors pourquoi ne pas faire l'un et l'autre ? Tu es chanceuse ma très chère Miranda, que dis-tu toi de deux vampire pour le prix d'un ?

J'esquissais un petit sourire pas très gentil alors qu'elle posait ses yeux de pleureuse sur ma personne. Et là, la pauvre fille doit se résoudre et accepter le fait que la fin approche pour elle et qu'elle ne peut rien contre cela. Un ou deux vampire, le résultat sera la même à la fin.

Code by AMIANTE



Everything seems so dull without you, i miss you buddy.

© Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- Je suis un prédateur impitoyable, rôdant à l'entour de vous pour m'emparez de vos âmes. -



▬ Célébrité : Thomas Mann
▬ En ville depuis le : 05/10/2012
▬ Je suis agé(e) de : 541 ans
▬ Nombre de missives : 192

MessageSujet: Re: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   Ven 1 Fév 2013 - 17:31



« Il ne suffit pas de fuir, il faut fuir dans le bon sens. »
feat. Damon Salvatore.


La pauvre créature se tenait devant ses deux ravisseurs continuant de pleurer comme une pauvre face à son châtiment... Si elle continue comme ça la pauvre va énerver Riley, enfin plus qu'il ne l'est déjà envers elle. Heureusement pour toi idiote que Damon dévia l'attention de vampire, la sangsue écoute ses propos. Il est vrai que cela n'était pas l'endroit idéal, n'y le moment de parler de ça, mais que voulez-vous pour Riley tout est un moment à tout. Il haussa juste les épaules à sa première déclaration concernant Elena, il afficha un sourire bien plus malveillant concernant ses autres propos et ricana quelque peu avant de répondre.

« Voyons Damon... Je ne voudrais jamais la voir en vampire, elle me volerait la vedette. Le sang humain, les premières années, est si attirant que la pauvre, elle deviendrait un mini-Riley. Cela ne me déplaira pas, voir une nouvelle-née jouer avec ses frêles humains sous mon commandement... Que de plaisir. » Dit-il d'une voie particulièrement vicieuse et cruel. Quelques minutes s'écoulèrent entre eux avant que Riley éclate de rire à nouveau, mais cette fois-ci avec un rire plus enjoué que lugubre. « Je plaisante Damon, détends-toi... La pauvre Elena ne supporterait pas la vie que nous menons, ni même le fait d'être un vampire et de devoir mordre des gorges pour manger. Et puis, tu me connais, il m'arrive d'avoir de la compassion. » Termina-t-il avec ironie. Il tourna la tête en direction de la pauvre bête avant de soupirer.

Elena... La douce Elena qui réussit à survivre des griffes de ce prédateur, de cet être infâme qui mêle humiliation et conspiration dans chacun de ses gestes... Il est vraiment dur de lui faire confiance, parce qu'il ne pense qu'à lui, et lui seul... Mais cette humaine est en vie, bien que leur première rencontre se soit faite au Grill et que la fauve ne voulait qu'une chose son sang, mais la belle survécut à « cet échange courtois de paroles »... Qu'avait-elle pour que Riley ne puisse pas la dévorer jusqu'à la moelle... Cela semble rester enfouit dans son coeur corrompu par la haine. Le vampire regarda toujours sa belle chienne et tira un coup sec pour la coller contre lui. Elle manqua de tomber et tomba sur le torse de Riley dans lequel, elle n'avait aucunement l'envie d'y être. L'infâme créature lui caressa doucement les cheveux pour qu'elle arrête de geindre.

« Tu sais Miranda... Il y a quelque chose d'amusant avec la langue... » Dit-il en voyant qu'elle ne comprend pas où il veut en venir. « La langue est un muscle si utile, tu ne trouves pas ? » Dit-il en descendant sa main vers gorge. « Elle vous permet de faire énormément de choses, n'est-ce pas ? Comme de geindre comme une petite salope... » Dit-il en dévoilant ses dents dans un sourire cruel. La pauvre sentit ses doigts se serrer en dessous de sa gorge. « Alors, si j'étais toi, je me tiendrai à carreau... J'en ai plus qu'assez de t'entendre pleurer dans mes pattes... » D'un mouvement brusque et sec, ses doigts se plantèrent davantage. « Tu ne voudrais pas que je te l'arrache par la gorge ? Si? » Dit-il en continuant son action, mais la femme arrive péniblement a bougé la tête en signe de négation. « Bien... Alors, tu la fermes ! » Termina-t-il sèchement avant la lâcher.

Damon qui veut donc participer au massacre d'une pauvre innocente... Le contraire serait alarmant... Lui et Riley ont causé tellement de dégâts dans la vie humaine... Que c'est à se demander s'il possède un coeur. Le vampire n'avait encore pas eu le temps de répondre à la demande de Damon, car il fut occupé par sa chienne qui n'arrête pas de hurler à la mort... Il se tourna vers son frère et encastra un coup de genoux dans les cotes de la femme rien que pour son plaisir. Il esquissa un sourire.

« Oh... Comme à la bonne époque. » Dit-il en se rappelant des atrocités qu'ils avaient commis. « Je n'aurais pas dit mieux... Pauvre créature, tu es tombé sur des gens sans coeur... Mais dis-toi bien qu'on est encore gentil là... Je pourrais t'enfermer dans ma cave et te laisser crever à petit feu... Tu n'images même pas la douleur que c'est de mourir crucifier au nom de Dieu. » Dit-il en éclatant de rire. Il se calma et revient sur son ami. « Et si on prenait le vieil entrepôt abandonné de fer qui se trouve pas loin d'où on est ? La dernière fois que j'y suis allé, il y avait un tas d'objet des plus intéressants pour toi Miranda. » Dit-il en jetant un regard au corps de l'humaine qui se trouvait à ses pieds.

Il souleva violemment la femme par sa laisse et la regarde avec son regard glacial, mais néanmoins amusé parce qu'il va faire. L'unique chose qu'il voulait maintenant est l'adresse de ses proches, il n'oublie jamais quelque chose qui lui tient à coeur... Comment réussiront-ils à pardonner à celui qui a commis cet acte des plus barbares ? Quoi qu'il en soit, cela n'empêchera pas notre tueur de dormir la nuit bien au contraire... Toutes les âmes qu'il a détruit le font jubiler. Aucune trace de regret, de tristesse et de peine n'ébranle son coeur, non rien... Il tourna légèrement la tête sur la gauche, amusé par le fait qu'elle évite absolument de geindre.

« Donne-moi l'adresse de ta petite famille, ma belle. » Demanda-t-il simplement, mais elle reste muette. Riley fronce brièvement les sourcils. « Oh... Tu résistes... Que c'est mignon... Mais combien de temps le feras-tu ? » Dit-il en riant.

Il sortit ses crocs et vient les planter sur la chair de son épaule. Sa puissante mâchoire broie sa peau, il ne s'arrêtera pas, à part quand ses deux rangées de dents se rencontreront à nouveau. L'humaine hurla de douleur et gesticula pendant que le vampire arrache sa viande. Elle pourrait terminer cette douleur en lui disant simplement l'adresse, le vampire ne tarda pas à planter un peu plus ses crocs dans la chair. Elle hurla de plus belle et finit par céder à cause de la douleur. Elle annonça l'adresse en hurlant, Riley lâcha donc prise et la regarda.

« Peux-tu répéter très chère, c'est que je n'ai pas compris à cause de tes hurlements... Tu m'excuseras. » Dit-il en souriant, elle lui annonça à nouveau. L'immortel sourit et l'hypnotise pour voir si c'était réellement la bonne adresse, le vampire découvrit qu'elle lui avait menti... Quelle idiote... Elle lui demanda comment il avait fait ça... Mauvaise idée. « Petite sotte... Tu veux vraiment que ta mort soit douloureuse... Mais ta stupidité prime sur ta survie... » Dit-il en souriant, il regarda légèrement son épaule et revient vers ses yeux. « Je peux tout savoir sur ta pauvre et misérable vie, rien qu'en plongeant mon regard dans le tien. » Dit-il en ricanant.

Mais contre tout attente, Riley mordit à nouveau l'humaine à l'épaule, mais plus sauvagement cette fois-ci, comme s'il avait envie de lui arracher ce bout de viande de là. Lentement, le vampire tira légèrement pour détacher le bout qu'il avait dans la bouche de son épaule. La pauvre femme hurlait, pleurait et gesticulait, une vraie pile cette fille... Le sang coulait à flot sur son chemisé, mais Riley s'en foutait et d'un coup sec et violent, il lui enleva ce bout viande de son épaule. Elle tomba sur le sol froid et cache son regard de son agresseur en pleurant. Le fauve l'attrapa par son collier et la souleva en souriant cruellement, avant de cracher le morceau de viande fraiche qu'il avait dans la bouche. Il tourna son regard glacial vers elle. Il amena son autre main vers sa joue et la caresse.

« Ne t'en fais pas... Je cautériserai tout ça dès qu'on sera arrivé à l'entrepôt, je ne te laisserai pas mourir aussi gracieusement... Ce n'est pas mon genre... Maintenant, on va pouvoir s'amuser. » Termina-t-il en lâchant son cou, elle s'écrasa lourdement sur sol. Il se tourna vers Damon. « Allons-y, elle nous a déjà fait perdre assez de temps comme ça, même si se fut divertissant. » Dit-il en ricanant.

créée par Matrona




Riley Cooper ✖️ I'm a monster ☣️
« Je t'abattrai comme un vulgaire animal » dis-je, car les seins de ma proie se dressaient entre mes doigts. Mon autre main glissa le long de son cou et elle gicla contre le mur comme un vulgaire pantin. Je lui mordis le cou déjà ensanglanté, elle trémoussait comme un ver de terre, appela à l'aide, puis fut enlacé par les douceurs de la mort. .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- Sexy bad boy en quête de sensations fortes -



▬ Célébrité : Ian Somerhalder
▬ En ville depuis le : 08/09/2012
▬ Je suis agé(e) de : 165 ans
▬ Nombre de missives : 768

MessageSujet: Re: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   Dim 10 Fév 2013 - 20:01


On croit connaître les gens, et pourtant..


Mon expression avait commencer à changer, l'heure n'était plus vraiment à la rigolade mais plutôt à quelque chose de plus sérieux. Quoique, cela dépend il y a plusieurs manière de prendre la situation. La créature qui se trouvait devant moi, le prendrait à coup sûr très mal, pauvre d'elle. Elle apprendra qu'il ne faut jamais désobéir à un vampire, encore moins à Monsieur Riley Cooper qui est le pire d'entre tous cela ne fait aucun doute. Je le sais par expérience, les siècles passés aux côtés de ce vieux fou ne laisse aucun doute planer sur ce fait. Pas de chance pour elle, car elle l'apprendra bien trop tard, sans une seule once d'espoir de changer le cours de son châtiment.

J'écoutais les paroles de mon vieil ami, tout en imaginant un instant quelle pourrait être la situation si Elena était de notre race. Une vampire nouveau né avec un sens du contrôle très précaire, à qui il faudrait tout enseigner. Bien sûr je savais que Riley plaisantait sur le fait d'en faire une mini lui. Cet abruti a toujours aimer rire de ce sujet, ce qui n'était de toute évidence pas de mon goût. Elena avait toujours été un sujet plus que sensible pour moi, et j'haussais les sourcils alors qu'il affirmait qu'elle ne supporterais pas cette vie là.

Je ne m'étais jamais vraiment posé la question, mais mon avis était clair net et précis sur le sujet. Je ne voulais pas qu'elle devienne une immortelle et qu'elle ai à vivre ce par quoi nous étions obligé de passer chaque jour. Définitivement non, et j'espérais que cette situation ne se présente jamais. Je deviendrais fou. Je lançais un regard amusé à Riley quand il se mis à parler de compassion. Elle était peut être bien la seule humaine pour qui il en avait encore. La seule raison qui expliquait son attitude était le lien qu'il avait lui même avec l'humaine et leur amitié à laquelle il tenait. C'était peut être bien la seule chose.

- Je suis sûr qu'elle trouverait le moyen de te surprendre mon bon vieux dis-je en riant. Ceci dit tu sais quel est ma position sur ce sujet et sur tes blagues de mauvais goût. De la compassion ? Ce terme dans ta bouche sonne comme un gros canular, mais j'avoue que c'est bien la seule qui a réussi à échapper au grand vilain Riley. Attention a ne pas que ça se sache, tu perdrais gros en crédibilité. Non Miranda, tu n'es pas Elena, et par conséquent tu n'échappera pas à ton sort.

J'esquissais une drôle de mimique, en posant mon regard sur le tas d'os qui se trouvait près de Riley à présent. Cette garce avait écouté toute la discussion, et s'imaginait peut être qu'elle pourrait encore changer son destin. Naive petite humaine qui croit encore que le père noël existe. Après mes paroles son regard s'assombrit à nouveau.

L'attention de Riley fut vite elle aussi accaparé par cette créature incrédule et c'est sans tarder qu'il se mis à la titiller un peu. Je le reconnaissais bien là, jamais dans la hâte mais plus dans la torture lente. Il n'en avait que faire de ce qu'elle voulait, tout ce qui importait c'était qu'il pouvait faire ce qu'il voulait de cette loque pleurnicheuse.

Elle ne ressemblait en effet plus à grand chose, son maquillage ayant coulé sur ses joues. Ses cheveux étant complètement décoiffés à force de s'énerver dans tout les sens pour tenter de fuir. S'il avait sûrement eu envie d'elle par le passé, la vision qu'il avait d'elle à cette instant ne le pousserais certainement pas recommencer son acte.

Elle n'était plus qu'un vulgaire pantin entre ses mains, un joujou qu'il pouvait manier à souhait selon ses désirs les plus atroces. Et son aspiration à cet instant précis était tout bonnement de la faire taire, elle qui geignait comme une paysanne depuis toute à l'heure.

Je l'entendis lui parler tout en joignant le geste à ses dires, à savoir que sa main vint serrer sa gorge tandis qu'elle essayait vainement de se faire comprendre. Tout ce qu'elle pu répondre à cela fut un minable hochement de tête. Toutefois cela sembla plaire à mon vieux copain puisqu'il la lâcha ensuite. Oui, enfin, pour l'instant car sa descente aux enfers est seulement remise et nullement abrogée.

Après cela il revint sur notre discussion et ma proposition de se charger d'elle tout les deux. Comme à la bonne époque, il avait raison. Combien de fois avions-nous commis nombre de crimes qui resteraient cela va sans dire dans les annales jusqu'à la fin des temps. Rien ne peut arrêter la team Daley. Le monde tremble à l'idée de se mettre à dos le duo le plus terrifiant de Mytic Falls. Sacrée carte de visite n'est ce pas ?! Et pourtant il y a toujours des crétins inconscients pour se ruer dans une mission suicide. Allez comprendre.

Il faut bien avouer que l'on s'emmerderait un maximum si ce n'était pas le cas, finalement ces misérables créatures nous passait le temps. Et je savais que mon ami de jeu n'aurait rien à redire à cela. D'ailleurs le voilà qui suggère d'utiliser le vieil entrepôt qui se trouve à quelques pas de là pour poursuivre la soirée, ainsi que la torture de son animal de compagnie. Très bonne idée, j'acquiescais vivement de la tête en le fixant, tout en souriant à l'entente de ses paroles. Quelques accessoires ne serait pas de trop pour parfaire notre plan.

- L'entrepôt de fer ? Tu parles d'un endroit glauque, mais tout à fait approprié pour ce genre de mission. J'imagine déja plein de bricoles intéressantes à servir sur Miranda. Oh je sais, tu meurt d'impatience de voir comment Damon Salvatore se débrouille avec un marteau, ou peut être une pince. J'aime les pinces, on peut faire des tas de trucs super amusant avec ça. Tu le savais ? Non évidemment, tu ne t'es jamais seulement posé la question. Pardon tu peut répéter ?

Je n'avais évidemment pas sérieusement pris en compte les envies de la demoiselle, mes préoccupations étaient même loin de ce qu'elle souhaitait. Je m'amusais simplement, en cet instant, à ignorer les cris de cette chère humaine qui se faisait déja malmener par Riley celui ci s'étant mis en tête de lui faire cracher l'adresse de ses pauvres parents. C'est qu'il a de la suite dans les idées mon pote, ce qui est loin de me déplaire. J'éclatais d'un rire bruyant et plutôt méchant en entendant la fille cracher le morceau pour ensuite se rendre compte qu'essayer de berner Riley Cooper était une très très mauvaise idée.

L'avantage d'être un vampire, et d'avoir un détecteur de mensonge à portée de mains. Ah.. parfois je jubilais vraiment. Il m'arrivait de penser que nous autres êtres immortels étions vraiment parfait ainsi crées avec toutes ces humaines a notre merci et ces gadgets super utiles. C'était grâce à cette merveille que cette chienne qui se trouvait face à Riley se retrouvait à ce moment précis, avec un morceau de viande en moins à son épaule. Eh bien, je n'ai qu'une seule chose à dire, il ne fallait pas mettre en colère ton maître ma petite. Et ce n'est que le début, la suite risque d'être autrement moins délicate.

Parole d'un Salvatore sur le point de s'amuser. Je n'allais pas louper ça. J'entendis mon pote recracher le bout de chair qu'il avait ôté de sa proie, pour ensuite suggérer d'y aller. J'étais justement en train de me demander ce que nous faisions encore là. J'eut un rire sadique, suivi d'un coup sec directement derrière la tête de la dame lui fesant bien comprendre que c'est quand elle veut. Je ne comptait pas la porter tout de même. Fichtre ! Elle se fiche de moi cette imbécile ?

Voilà que l'humaine crache à mes pieds. Visiblement elle croit encore avoir affaire à un gentil et innofensif vampire. Il est peut être temps de lui montrer à qui elle fait face. Elle connait le style Riley depuis longtemps, donnons lui un petit avant goût de l'autre côté du miroir.

- Tu es tellement amusante, bornée comme pas permis à te rebeller jusqu'au bout. Finalement je crois que je vais opter pour l'agrafeuse électrique une fois arrivés là bas. Tu va me payer ça.

J'observais la chienne, qui venait sans aucun regret de salir mes magnifiques chaussures hors de prix. Crétine. La laisse fut très vite enlevée de son cou, pour que je ne lui tende un mouchoir propre, lui ordonnant de nettoyer ce qu'elle venait de faire. Bien sûr, celle ci pas très concilliante eu besoin d'une motivation. Utiliser la laisse comme un fouet, voilà qui était sûrement une bonne idée. Cela s'averra brillant, puisqu'elle se mis à astiquer mes chaussures et long en large, tout en pleurant encore une fois sur son sort à chaudes larmes.

Pathétique, c'est tout ce qu'elle était alors qu'elle s'exécutait à présent comme une docile employée au milieu de cette ruelle sombre. Ce n'était que le début, car tout le monde sait bien que Damon Salvatore n'est pas du genre à laisser passer une quelconque punition qu'il peut affliger. Et certainement pas ce soir. La soirée ne fesait que commencer, et au loin de profilait un programme des plus alléchant. Riley serait sans doute aux anges d'ici très peu de temps.

- Dépêche toi Miranda, c'est cela ou je peux tout aussi bien t'arracher un bras maintenant dis-je en m'approchant de celui ci.
J'esquissais une expression très diabolique, et elle dut prendre peur alors que ma main se posait déja sur elle, qu'elle mis le turbo afin d'en finir avec sa tache. Je me tournais vers ce bon vieux Riley.

- J'espère que sa mère sera un peu plus docile, j'ai bien envie de m'amuser avec Miranda Senior d'une toute autre manière. Hein Chérie, ta petite maman n'a pas vu le loup depuis combien de temps ? dis-je d'une manière très amusée, provoquant chez elle une peur certaine quand à ce qu'il allait pouvoir arriver à sa génitrice.
Le corps de cette chère Miranda fut pris de soubresauts à l'entente de mes paroles, Tout ce qui allait arriver à ses vieux était de sa faute, et elle le savait parfaitement. Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle même. Je souris satisfait du résultat, et la fouettait un bon coup tout en lui ordonnant d'avancer. Il commençait à pleuvoir et j'allais être très contrarié si elle n'activait pas le train afin de se mettre à l'abri dans ce fameux hangar qui allait nous servir de boucherie ce soir.

Elle fut bien obligée d'activer l'allure et c'est ainsi que nous arrivâmes enfin dans cet endroit laisser à l'abandon. J'étais de plus en plus impatient, mais je n'étais guère le seul. Riley à mes côtés semblait ne plus tenir en place, tant il avait d'idée qui fourmillait sûrement dans son cerveau complètement détraqué. Je commençais à le connaître et son expression n'augurait rien de bon. J'allais rire, c'était certain.

Code by AMIANTE



Everything seems so dull without you, i miss you buddy.

© Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- Je suis un prédateur impitoyable, rôdant à l'entour de vous pour m'emparez de vos âmes. -



▬ Célébrité : Thomas Mann
▬ En ville depuis le : 05/10/2012
▬ Je suis agé(e) de : 541 ans
▬ Nombre de missives : 192

MessageSujet: Re: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   Sam 23 Mar 2013 - 23:10



« Il ne suffit pas de fuir, il faut fuir dans le bon sens. »
feat. Damon Salvatore.


L'expression de Damon avait changé depuis le début de leur rencontre surtout quand il parla d'Elena. Riley savait parfaitement qu'elle était sans doute le point qui bloque le plus Damon dans leur discussion. Le démon sourit à son comportement, il s'en fout de savoir Elena humaine ou vampire... Mais il pencherait plus pour le côté vampire qu'humaine... Enfin cela est un dur choix, car d'un côté le choix qu'elle reste humaine lui offre la chance d'exploiter son côté fragile, manipulable et totalement impuissante comme tout autre homme ce qui amuse énormément notre vampire, qui n'aime que lui faire en voir de toutes les couleurs. En revanche, son côté vampirique pourrait lui apporter une aussi distraction, le fait de la savoir complètement absorber par le sang humain et de la faire chuter dans l'inhumanité que lui donne cette voie est quelque chose d'intéressant à exploiter. Rien que la voir en train de plonger ses dents dans le cou de pauvre innocent qui ont eu la malchance de la croiser... Il ricana intérieurement à toutes ses idées qui immergent dans sa cervelle de détraquer.

Il écouta attentivement ses propos surtout ceux qui le concerne et en oublie presque qu'Elena était leur sujet de conversation. Il afficha un sourire carnassier son visage et voit que Monsieur Salvatore le fait passer pour un gentil petit vampire qui vient de perdre sa maman en allant chez sa grand-mère, mais il sait mieux que personne ce qu'il vaut, ce qu'il fait et ce qui l'amuse. Il secoua simplement la tête avant de le fixer.

« Oh vraiment ? Elle me surprendrait ? En faisant quoi de l'art abstrait avec le sang de ses victimes qui giclent sur ses toiles... Hum... Si cela arriverait, peut-être qui sait... Puisque le sang des miennes s'étale sur les murs, le sol ou encore les draps. » Conclut-il aux dernières paroles qui concerne cette douce créature avant de passer à sa personne. « Bien sûr que je connais ta position et cela me fend le coeur... Enfaîte... C'est quoi un coeur ? » Demanda-t-il en riant. « Ah bon ? Tu crois ça mon cher Damon... Si tu veux, je vais te montrer ma compassion avec Elena. Je suis sûr que la pauvre humaine va adorer périr devant celle qu'elle aime. » Termina-t-il froidement, quelques secondes s'écoulèrent et il éclata de rire. « A décidément... Tu es bien trop rattaché à cette fille pour que je la tue sans endommagé notre lien, mon vieux frère. Par contre, je crois savoir que celle-là, tu ne la portes pas dans ton coeur. » Finit-il en venant mettre son regard dans celui de la pauvre humaine.

L'esprit de Riley était totalement amusée de voir cette pauvre chienne toujours sans son morceaux de viande à l'épaule, malgré son occupation, le vampire observa les réactions de son pote durant ce début de torture lente. Il en conclut que Damon devait être aussi amusé que lui, malgré le fait qu'il n'ait pas encore commencé leur amusement de la soirée. Revenons sur la femelle qu'ils tenaient en otage depuis le début de la soirée. Physiquement, elle n'était vraiment aussi séduisante et attirante qu'il y a quelques heures. Son maquillage avait coulé sur ses joues provoquant ainsi des tracés noirâtre sur sa douce peau, ses yeux étaient enflé et gorgé d'eau, une vraie rivière qui se mélangeait aux dépôts noirs aux coins de ses yeux.

Riley écoutait les propos de son vieil ami qui se dirigeait vers la jeune femme. Il ria légèrement à ses propos sur quand il vint parler de lui utilisant un marteau ou une pince. Des tortures plutôt basiques, mais qui avait toujours la cotte au côté des deux vampires. Riley appréciait notamment l'idée du marteau... Pourquoi ? Et bien tout simplement qu'enfoncer des clous lentement et qu'à chaque pénétration du bout de métal, un hurlement strident sortait de la gorge de la pauvre victime qui subissait le gourou de ses deux-là. De merveilleux souvenirs revinrent faire surface, il se rappellait des scènes où ils avaient utilisé ses méthodes. La scène de crime était horrible après leur passage, un vrai tableau d'horreur. Riley adorait particulièrement tapé dans l'oeil pour sa cruauté et n'hésite absolument pas à faire les pires atrocités en compagnie de son frère.

« Tu me connais, j'ai toujours les bons plans pour les endroits bien glauques pour de longues heures de tortures. » Dit-il en ricanant en se frottant les mains. « Oh oui... Y a un tas d'objet qui n'attend qu'une chose... Venir s'enfoncer dans la peau de notre invitée de marque... Je pense sincèrement qu'elle adorait voir comment tu te sers d'une perceuse... Regarde ! Elle tremble déjà d'impatience pour voir le spectacle que tu vas lui offrir. » Termina-t-il en ayant un sourire jusqu'aux oreilles qui trahissaient son enthousiasme de l'entendre hurler.

L'humaine se trouvait au pied de son maître ainsi qu'à ceux de Damon. Le sang ruisselait le long de son épaule, de belles tâches cramoisies se formaient dû au tissu qui épongeait le liquide. Le débit n'était trop important, bien sûr Riley ne voulait pas la tuer juste lui faire comprendre que le mettre en rogne va lui attirer bien des problèmes surtout une fois à l'entrepôt. Les rires de Damon ne passèrent pas inaperçu aux oreilles de ce cher Cooper, bien au contraire cela lui annonçait qu'il la trouvait aussi drôle, stupide et bornée que lui-même. Les vampires sont des prédateurs parfaits, rien ne semble les détrôner de leur statue, pas même un loup-garou pourrait surpasser un vampire niveau perfection. Leur corps est forgé pour attirer les proies comme du miel. Une fois la victime dans leur filet, il ne la charme rien que par des frôlements de sa peau avec la sienne, son souffle dans son cou. Si la créature résiste un simple regarde et la femme ne devient plus qu'un simple pantin... Et finalement pour finir où ? Vidée de son sang ayant reçu les pires souffrances...

Riley continuait de sourire comme il le fait tout le temps dans ses moments-là, un sourire qui vous glace le sang, mais exprime toute la joie qu'il a de la voir sombrer dans la démence grâce à la douleur. Riley détourna son regard vers Damon quand il entendit son rire sadique et éclata de rire. Il vit sa main s'écraser sur la demoiselle derrière son crâne, mais cela ne semblait pas lui plaire, puisqu'elle lui cracha à ses pieds. Riley sourit bien content de voir qu'elle avait comprit sa leçon : n'obéir qu'à lui et lui seul... Les autres ne valent rien. L'unique problème c'était qu'elle tenait tête à Monsieur Salvatore qui n'est pas le vampire le plus tendre du monde... A vrai dire, il était même tout le contraire d'où le fait que Riley l'apprécie comme s'il est son frère. Il écouta les propos de l'autre vampire et en regardant sa chienne sans pitié pour elle. Un rire glacial sortit de sa gorge et il regarda Damon.

« J'avoue qu'il a parfaitement raison... » Dit-il en soupirant, mais sourit bien rapidement. « D'où te vient cette soudaine envie de te rebeller, petite sotte... T'aie-je vraiment dressé ainsi ? Tu seras punie, que même cette punition déteindra sur ta famille... » Poursuit-il en souriant, mais il n'a pas fini de lui faire de la torture psychologique. « Que diront tes pauvres parents quand ils seront châtiés à cause de la stupidité de leur fille... » Son regard froid et animé par une lueur d'amusement vint se planter dans ses prunelles. « Ils ne seront pas fier de toi en tout cas... Mais t'inquiète pas, nous on profitera bien d'eux. Ah ! Au passage très bonne idée pour l'agrafeuse électrique. Je l'avais fait avec une de mes proies, mais avec une agrafeuse normal. J'avais envie de l'afficher sur le couloir qui précède la cuisine. Bizarrement, j'avais plus de clous... Alors, j'ai utilisé ça. Efficace... Tu devrais essayer. » Termina-t-il à l'encontre de Damon en souriant.

Son regard s'abaissait à présent vers la chienne qui venait de salir les chaussures de son pote. Il en déduit qu'elle ne portait vraiment aucun respect pour lui, vu sa façon d'agir... Croyait-elle qu'il n'était que le simple larbin du psychopathe dans les films ? Et bien, loin de de là cette idée... La laisse ne se tenait plus à son cou et un mouchoir lui fut tendu pour qu'elle nettoie son aberration sur sa chaussure, mais elle ne bougeait pas plus. Alors, Damon eut une brillante idée, d'ailleurs Riley eut la même idée, les grands esprits se rencontrent. Un claquement sec vint rougir sa peau, l'humaine retint un cri de douleur et commença à nettoyer ses chaussures en chialant comme une pauvre madeleine. Le fauve la trouva si pathétique et secoua la tête face à ça, mais il était néanmoins amusé par la situation qui lui plaisait particulièrement. Là où règne désespoir et souffrance, vous le trouverez.

Le démon de minuit s'impatientait, il voulait passer à la meilleure partie de la soirée et sourit en voyant déjà toutes les délicieuses attentions qu'ils vont lui apporter, mais les paroles de son pote le firent revenir à la réalité. Il éclata de rire en entendant ses propos et surtout quand la pauvre chienne finit par prendre peur et se dépêchait de faire disparaitre cette petite tâche. Il allait placer un « doux » mot, mais Damon le coupa dans sa lancer. Il l'écouta attentivement et ne put s'empêcher de sourire avant de ricaner légèrement. Damon voulait se faire sa mère... Ne t'inquiète pas mon cher, Riley a prévu une soirée riche en programme pour vampire complètement détraqué qui veulent tuer pour le plaisir.

« Damon... Ne t'inquiète pas, chaque chose en son temps comme on dit... Comme sa fille est une pauvre soumise, je pense qu'elle ne doit pas valoir mieux qu'elle, surtout quand elle se retrouve empaler par la virilité d'un homme. » Dit-il d'une manière malveillante et sourit quand la peur s'empara d'elle, secouant tout son corps de tremblement. « Mais Miranda, ta peur ne fait augmenter le fait qu'on va se farcir ta mère... Comment, je ne sais pas encore, tu me connais... J'adore y aller au feeling. » Dit-il en finissant par rire à la cantonade.

Le corps de la pauvre bête ne faisait que trembler... Elle n'avait jamais voulu ça pour sa pauvre mère... Mais qui le voudrait sincèrement ? Aucun être avec un minimum de coeur et de bonté, mais étrangement ses deux mots sonnent faux avec le caractère de Riley. Ses mots lui sont totalement étrangers, rien ne compte que son ami et sa personne en ce moment même. Il regardait sa pauvre créature se prend des coups de fouets donner grâce à sa laisse, le vampire commença à marcher à côté de son ami quand l'autre femme se décida d'accélérer le pas. Une fine pluie commençait à tomber, serait-ce que le ciel pleure le triste sort qui va arriver à cette pauvre femme ? Y avait-il vraiment une réponse... L'impatiente de Riley se lisait en lui comme un livre ouvert, il tapotait ses cuisses de ses doigts et pressait même le pas. Ils finirent par arriver à l'entrepôt pour le plus grand soulagement de Riley, il ne tenait plus en place, un vrai gamin dans un magasin de jouet.

« Miranda, je n'ai qu'une chose à dire... Que la fête commence. » Dit-il en éclatant de rire.

Le vampire était tellement impatient qu'il l'agrippa fermement par les cheveux pour la redresser. Il regardait sa blessure à l'épaule et y trempa le doigt avant de l'amener à sa bouche. Il le savoura, mais ne trouva réellement aucune attirance pour son sang actuellement. Il haussa les épaules et la traîna sur plusieurs mètres avant l'envoyer balader contre un mur. Le vampire en oubliait presque Damon, mais il ne fait que préparer la pièce pour pouvoir y jouer. Il regarda à sa droite et trouva ce qu'il recherchait. Des vieux clous rouillés et plutôt assez gros, elle en agrippa que quatre avant de revenir se place devant Miranda, un sourire carnassier sur ses lèvres et un regard à vous faire froid dans le dos. L'humain était recroquevillé sur elle-même, tremblant comme une feuille et pleurant comme jamais. Riley grogna légèrement avant de l'agripper férocement par le cou pour la mettre sur ses jambes.

« Tu as intérêt à tenir sur tes jambes le temps que je t'installe correctement pour notre petit jeu. » Dit-il en riant avant d'agripper un de ses bras.

La jeune femme n'essayait même plus de l'implorer, il tourna la tête de l'autre côté et se préparait à souffrir. Le vampire ouvrit sa main avant d'y planter le type de clou, il fit la même chose à son autre bras ainsi qu'à ses jambes. L'humaine se retrouvait complètement coller au mur, touchant un peu le sol de ses frêles pieds. Les hurlements ne faisaient que commencer pour la pauvre humaine, tandis que son ravisseur s'approche de son collègue.

« Quelle merveilleuse étoile de mer avons-nous là. » Dit-il en ironiquement avant de rire. « Oh... On peut l'attacher à une chaise, cela n'est pas le problème, tu me connais... L'important c'est de l'entendre hurler. » Dit-il ricanant tel une hyène, mais se tourna complètement vers lui. « Sinon, ça fait longtemps que je n'ai plus vu la petite Elena... Sans doute, les fêtes de Noël et tout le tralalala qui va avec. » Dit-il en se tournant vers l'humain totalement impuissante.

Il tourna la tête et aperçu un chariot avec deux bonbonnes de gaz : un chalumeau. Le vampire s'approcha rapidement et l'agrippa en l'entrainant avec lui vers Miranda. Il l'alluma et réduisit la puissance de la flamme à sa force la plus baisse, après tout il ne voulait pas la tuer... Il s'approcha de son humaine, sa propriété qui n'est plus rien qu'un amusement à présent.

« Je n'ai pas oublié ma promesse Miranda, je vais donc soigner ta blessures et profiter pour venir cautériser les autres. » Dit-il en indiquant ses mains et ses pieds.

L'humaine n'eut le temps de rien faire puisqu'il plaça directement la flamme sur son épaule. Sa viande cuisait lentement sous l'effet de la flamme. Riley s'amusait comme un enfant, cela se voyait en lui... A son visage... Son expression... Surtout quand il l'entendait hurler, mais personne ne viendra la sauver...

créée par Matrona




Riley Cooper ✖️ I'm a monster ☣️
« Je t'abattrai comme un vulgaire animal » dis-je, car les seins de ma proie se dressaient entre mes doigts. Mon autre main glissa le long de son cou et elle gicla contre le mur comme un vulgaire pantin. Je lui mordis le cou déjà ensanglanté, elle trémoussait comme un ver de terre, appela à l'aide, puis fut enlacé par les douceurs de la mort. .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- Sexy bad boy en quête de sensations fortes -



▬ Célébrité : Ian Somerhalder
▬ En ville depuis le : 08/09/2012
▬ Je suis agé(e) de : 165 ans
▬ Nombre de missives : 768

MessageSujet: Re: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   Mar 9 Avr 2013 - 14:28



On croit connaître les gens, et pourtant..

Ma rencontre avec Riley était sur le point de nous offrir un de ces moments jouissif dont nous seuls avions le secret. Torturer cette chienne allait grandement nous amuser. Nous faisions une paire d'enfer quand il s'agissait de faire vivre ses dernières heures à une petite humaine dans son genre. Celle qui se trouvait présentement devant nous allait payer très cher sa bêtise. Et ses proches aussi, mais cela viendra en temps voulu. Après tout il ne faut pas bacler le travail, autant faire les choses dans les règles de l'art. Je souris en voyant Riley prendre plaisir à peine arrivé dans ce vieil entrepôt abandonné.

- En effet, que la fête commence ! Mais où est le champagne ? dis-je en rigolant. Ok, vanne pourrie mais j'aurais bien savourer une coupe.
Heureusement que je ne sortais jamais sans oublier ma flasque magique qui dormait dans la poche arrière de mon jean. Je la sortais donc d'un geste rapide tout en laissant mon pote s'amuser, pour l'instant. Mon tour viendrait bien assez tôt, et j'avais tout le temps nécessaire pour trouver les meilleures idées de tortures. Vieux, tu commences fort. Je ris.

Je vis mon acolyte tremper son doigt dans la blessure de la demoiselle, mais cela n'eut pas l'air de le satisfaire bien longtemps puisqu'il chercha immédiatement plus. Il traina donc sa proie avant de l'envoyer valser contre le mur. Notre vampire psychopathe était dans son monde et rien ne semblait pouvoir venir l'interrompre. J'adorais voir mon frère sur le point de commettre l'irréparable, de sortir une idée de dingue, et pour l'heure il avait carrément décidé de la clouer à la paroi. J'étais mort de rire en regardant le spectacle et cette chienne qui pleurnichait en vain.

Optez pour le Riley Stylz et vous ferez trembler même la créature la plus dangereuse sur cette bonne vieille planète terre. Plus d'ennuis. Le Riley Stylz est fait pour vous, faites nous confiance. Cela sonnait comme une de ces pub pour du dentifrice mais en quelque chose de plus machiavélique avec une voix au ton sans appel. Vous voyez le genre ?

Trève de plaisanterie, la jeune femme se retrouva rapidement là où mon frère souhaitait qu'elle soit, c'est à dire en mode petit Jésus contre le mur de l'entrepot en train de crier le nom de sa pauvre maman. Elle ne viendra pas t'aider. J'haussais les sourcils à l'entente des mots de Riley.

- Une étoile de mer qui était autrefois foutrement bandante et que j'aurais aisément pu prendre contre ce foutu mur. ajoutais-je en penchant la tête pour l'observer sous toutes les coutures. Quoi ? Vous aurais-je choqué ? Si vous saviez ce que je m'en contrefiche.
J'esquissais un sourire mauvais en croisant le regard de l'humaine qui semblait horrifiée par mes propos. Oh mais ne fait pas cette tête ma chérie, tu aurais adoré crier mon nom de milles et une façons. Je t'aurais faire voir les étoiles. J'hochais la tête pour le lui faire comprendre avant d'être interpellé par un prénom familier dans la phrase de ce vieux Riley.

- Elena ? Hum.. je l'ai vu à Noël on a passer cette fête ensembles. C'était tout à fait charmant tu peux me croire mais revenons à notre reine des garces. répondis-je en lui faisant mon sourire Colgate.
Ma flasque toujours en main et mon regard posé sur l'humaine j'observais ses réactions aux gestes de Riley. Si tu savais que ce qui t'attend toute à l'heure. Une gorgée de bourbon plus tard, et je me dirigeais vers le fond du Hangar à la recherche de tout ce qui pourrait servir. Tient, un jukbox. Je mis un coup dedans et une musique des années 80 retentit dans l'espace. Pas très utile jusque là, mais fun.

Ma balade me conduisit plus loin, et mon sourire s'agrandit alors que mes prunelles se posaient sur quelques fléchettes abandonné là ? Quelqu'un avait du utiliser cet endroit comme air de jeu, ce qui arrangait mes petites affaires. Je revins sur le lieu de l'activité du moment et pris une chaise pour m'asseoir confortablement face à ma cible vivante.

Un sourire sadique sur le visage, je pris une autre gorgée de mon alcool favori pour ensuite tirer 5 fois d'affilées. Le sang commençait à gicler de partout ce qui amena à un rire de ma part, tandis que mon compagnon de jeu finissait de cautériser les plaies de la dame qui hurlait fort.

- Et cinq fois cinquante, je suis un dieu ! Désolé pour le dérangement Miranda, mais tu comprendras que je n'ai pas d'autres support. lançais-je à celle qui accusait les coups de mes fléchettes en plein dans le mille, c'est à dire au milieu de son front. Un vrai carnage.
Et encore j'y étais allé doucement, sans quoi elle n'aurais certainement plus de tête à l'heure qu'il est. Je croisais le regard surpris de mon frère qui finissait son travail. Bien, il est maintenant le moment que vous attendiez tous. Celui où l'impitoyable Damon Salvatore entre en scène. Je jetais un oeil sur le plan de travail improvisé ou reposait certains outils bien utiles dont une perceuse. Je souris, repensant à ce que mon frère avait dit plus tôt dans la soirée. Pourquoi ne pas faire quelques petits trous par ci, et d'autres par là. Ce serait véritablement amusant.

Au pire, je fais des petits trous et toi tu les scelle vieux frère. On pourrais s'amuser longtemps comme ça. Je saisis l'appareil, le branchait rapidement pour m'approcher de celle qui était devenue ma proie à moi aussi au fil des heures qui passaient et de son attitude qui se dégradait- Tu va payer pour nombre de décisions stupides que tu as prises ma jolie. Par où allons-nous commencer ? J'ai une fantastique idée.

La perceuse ronronnait alors que je m'approchais doucement de sa bouche de chienne. Pourquoi ne pas enlever ces dents ? Il ne resterais plus que la gencive qui pisserais le sang. Vision d'horreur. Mon geste suivait l'alignement des dents et arrachait tout. J'aime bien jouer au dentiste, c'est plutôt jouissif. Un rire plutôt malsain s'échappa de ma bouche à la vue de mon travail, qui il faut le dire était plutôt réussi.

Plus aucune dent n'existait. Je me reculais afin d'avoir une belle vue sur l'ensemble de son corps. Il ne me restait plus qu'à choisir par où j'allais continuer. Les plaies cautérisées étaient parsemées ici et là, Riley avait fait du bon travail comme toujours. Mon sourire s'agrandit encore à mesure que je parcourais la demoiselle du regard, plutôt impatient.

- Et si on lui enlevais un doigt de pied ? Ou non, mieux ! Les cinq. Elle en a pas besoin de toute façon, elle ne risque pas de partir faire une balade, suggérais-je mauvais. Riley avait définitivement déteint sur moi.
- Un petit trou, deux petits trous, trois petits trous ♪ comptais-je joyeusement tout en joignant le geste à la parole jusqu'à détacher le premier doigt de pied et en lui enfilant dans la bouche ensuite.
Je continuais mes gestes, tout en détachant un à un les autres du premier pied tandis que la garce manquait de s'étouffer. Pas encore chérie, on en a pas fini avec toi, essaie de rester en vie sinon ça casse notre trip qui il faut l'avouer est plutôt amusant depuis toute à l'heure. J'entends Riley trépigner d'impatience, je suis sûr qu'il a des tonnes d'idées tordues en tête, qui ne demande qu'à être appliquées. Fait donc l'ami, en travail d'équipe on ira cent fois plus vite tu ne penses pas ?


made by ℬlue ℐⅴy



Everything seems so dull without you, i miss you buddy.

© Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- Je suis un prédateur impitoyable, rôdant à l'entour de vous pour m'emparez de vos âmes. -



▬ Célébrité : Thomas Mann
▬ En ville depuis le : 05/10/2012
▬ Je suis agé(e) de : 541 ans
▬ Nombre de missives : 192

MessageSujet: Re: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   Mer 15 Mai 2013 - 16:35



« Il ne suffit pas de fuir, il faut fuir dans le bon sens. »
feat. Damon Salvatore.


Riley s'éclatait réellement comme un taré... Quelle étrange façon de s'amuser me diriez-vous... Et puis, c'est la façon Daley... Pendant que Monsieur la clouait au mur, il ria simplement à la blague de Damon, même si c'était pas la vanne la plus drôle du monde... Riley adorait tout type d'humour... Le vampire n'est pas difficile à ce niveau. Pendant l'installation de monsieur Cooper de l'étoile de mer, l'unique chose qu'on entendit de lui était son rire ainsi que les doux hurlements de la pauvre femme qui souffrait de ce que lui infligeait Riley. Il hurla le prénom de sa pauvre mère... « La mêle pas à ça, pauvre folle. » Pensa-t-il ironiquement, elle savait que le vampire va faire passer toute sa famille par la casse morgue avant de finir six pieds sous terre. De plus, il pleuvait... Cela ressemblait vraiment un vrai film d'horreur qui vire au drame... Un rire machiavélique brisa les hurlements de la pièce, aux paroles de Damon.

« Damon... Tu crois que je l'ai prise pourquoi ? Hein... Cette fille était une pure bombe quand je l'ai trouvé... Hum... J'ai dû me retenir de me la faire dans la rue, même si cela ne m'aurait pas dérangé... Mais il fallait la mettre en confiance, la ramener à la maison... S'occuper d'elle... Et une fois prête, un vrai putain de plaisir de me la fourrer... » Il frémit de plaisir en se rappelant tout de cette partie de jambe en l'air, l'humaine baissa les yeux, mais le vampire lui remonta le menton et caressa sa joue. « Si seulement... Tu n'étais pas folle... Tu aurais pu continuer de hurler mon prénom, encore et encore jusqu'à la fin des temps, jusqu'à ce que tu brises tes foutes cordes vocales ! Comme toutes les salopes qui sont passées par là... Vraiment... Dommage... » Il éclata de rire.

L'humaine recommença de hurler à la mort quand il remit en marche son chalumeau. Il sifflotait en même temps pendant qu'il consumait la chaire de l'humaine, mais il sourit à la réponse de Damon par rapport à Elena. Il arrêta un instant pour lui répondre.

« Hum... Et avec Elena, tu la trouves aussi foutrement bandante et je pense que tu la prendrais aisément contre le mur de sa chambre ? C'est vrai qu'Elena est bonne à souhait... Alors, oui je comprends tout à fait que se fut charmant avec ses mots d'amour... Damon, un vrai dragueur... Il sait parler aux femmes... » Il lui fit un clin d'oeil et voyait que ses propos semblaienent lui déplaire... Mais il savait parfaitement que Cooper avait raison. « Doucement ! Hein... Détends-toi. »

Le vampire releva légèrement la tête en entendant un vieux disque des années huitante qui commençait à tourner dans la pièce. Riley continuait de siffloter son air qui ressemblait vaguement à la marche funèbre de Fédéric Chopin... Et oui, même avec le disque des années huitante en fond, Riley aimait bien siffloter un air qui marquait la fin prochaine de notre créature à poil brun. Il entendait cependant les bruits de pas de Damon qui se baladait. Le vampire remarqua qu'il revenait. Avait-il trouvé son bonheur ? Qu'a-t-il trouvé d'amusant ? Riley avait presque terminé son boulot, mais après tout cuire une viande à feu doux... Est un viande meilleure... Est-ce vrai ? Aucune idée, mais Riley le pensait comme cela. Riley sentit quelque chose filait droit sur eux, il tourna légèrement les yeux vers l'humaine et trouva une fléchette... Deux... Trois... Quatre... Et cinq... L'hurlement de la chienne lui défonça les oreilles... Le vampire grogna légèrement à cause de ça...

« OH ! Mais ce n'est pas possible de gueuler autant ! Bordel de merde ! » Dit-il simplement en terminant de cautériser tout ça. Il sourit, mais resta surpris... Damon aussi taré, c'est rare... Surtout depuis que le coeur de ce pauvre marin fut chaviré par la tempête Elena... Apparemment, tout n'était pas perdu... « Et bien Damon... Toujours aussi un as dans le jeu, je plante des fléchettes sur mes proies... » Dit-il en riant... Le buveur de sang approcha son visage de son oreille. « Tu verras, il est attentionné... Doux... Tout va bien se passer... » Sa voix sonnait ironiquement avant de ricaner.

Riley en voyant Damon agripper une perceuse... Quand le monstre buveur de sang le vit s'approcher de lui, il termina rapidement son boulot pour qu'il puisse faire son petit travail avec le moteur de la perceuse qui ronflait et semblait demander que le sang de la proie gicle de partout. L'humaine fut bien obligée d'ouvrir grand la gueule... Riley adorait voir cette scène qui se déroulait de sous ses yeux, la pauvre humaine hurlait à la mort quand Damon jouait les dentistes fous en lui enlevant les dents une à une. Le vampire sourit à ses paroles avant de rire. « C'est sûr... Oh pire... Tu pourras toujours marcher avec le reste... » Il s'en foutait de comment elle marcherait puisqu'elle ne va plus jamais marcher de sa vie. Il entendait sa petite chanson et riait légèrement.

Riley était aussi impatience que d'habitude, mais en voyant Damon faire cela lui donnait plus envie de mettre la main à la tâche. Il partit à vitesse vampirique rechercher les objets suivants : papier à poncer, tournevis, scie sauteuse, fil de fer ainsi qu'une tige métallique et le chalumeau déjà présent. Qu'elle était donc l'idée qu'avait germé dans la tête de ce fou furieux. Il se mit un genou devant l'humaine et arracha rapidement le haut de son pantalon pour qu'elle se retrouve en sous-vêtement. Sa petite culotte vola rapidement dans la pièce et Riley observa son intimité. Sa pilosité était abondante, même trop pour les projets de Riley.

« Alors, ma petite dame... Je vous la taille en jardin français ? Ou vous préférez peut-être un style plus urbain... On peut aussi le faire à la campagnarde, c'est vous qui voyez ! » Dit-il en souriant vers l'humaine qui semblait terrifier à l'idée que Riley lui fasse quelque chose. « Aucun avis sur la question ? Et bien, je vais y aller pour une anhélation totale. » Termina-t-il en lui souriant.

Il agrippa le papier de ponce et se tourna vers l'humaine pour qu'elle comprenne qu'elle est foutue. Riley le déposa sur son entre-jambe et commença tranquillement à lui enlever ses poils. A chaque va et vient, l'humaine hurlait à la mort... Imaginez de subir juste ce début de torturer. Riley continua pendant un moment jusqu'à la chaire de son minou soit complètement mutilé et ensanglanté. On y remarquait même plus sa pilosité. Quelques petits poils persistaient, mais rien d'important pour lui.

« Merveilleux, maintenant je vais pouvoir t'arracher tes merveilleux ovaires... Quand la mort viendra te chercher... Dieu t'accueillera dans son paradis et tu devras être chaste et pure ! Contrairement à ta vie passée où tu n'étais qu'une petite pute... Qui marchait la chatte à l'air pour se faire niquer par tous les mâles. » Dit-il en se relevant et lui caressa la joue avant de prendre le tournevis. « Hum... Hurle Miranda, fait sortir tes souffrances, libère-toi pour le Seigneur. » Dit-il en éclatant de rire.

Il revint sur son lieu de travail et observa quelques instants avant de venir lui enfoncer le tournevis. Il commença à ramoner furieusement son intérieur, quant à la pauvre humaine, elle essayait de gesticuler pour calmer la douleur, mais rien à faire... Riley était sans pitié et faisait des mouvements brusques et forts pour lui faire autant de mal possible. Une douleur insupportable faisait trembler le corps de sa victime. Pauvre Miranda... Tu n'aurais jamais dû les contrarier. « Bordel, tes lèvres me saoulent, on va les enlever. » Il laissa tomber le tournevis au sol et agrippa la scie sauteuse du coin. Il l'avait mis en marche et prit la lèvre gauche et la coupa... La deuxième suivit rapidement... Voilà deux morceaux de chairs au sol. Monsieur Cooper dans toute sa splendeur, un esprit tordu dans un corps sain...

Il déposa derrière lui la scie et revint reprendre en main son petit tournevis. Il l'enfonça devant dans son antre et l'agressa autant qu'avant. Ses mains étaient couvertes de sang, mais cela ne l'empêchait pas de faire du bon travail. Le vampire continue de l'enfoncer pour être suffisamment proche de ses ovaires pour les retourner, mais une autre idée lui vint que celle d'origine. Il laissa tomber l'idée d'enlever ses ovaires par là, de toute façon cela semblait complexe. Il jeta l'objet et agrippa le fil de fer.

« Miranda, ma belle Miranda... Grâce à ceci tu seras la femme la plus chaste du paradis... Si tu y vas bien sûr, mais Dieu aura tellement de pitié pour ta petite gueule de salope qu'il t'accordera une place à ses côtés... Mais si tu te retrouves en enfer... Garde-moi une place au chaud, je continuerais de te torturer jusqu'à la fin des temps ! » Il éclata de rire, il n'en pouvait plus... Riley était mort de rire.

La folie de ce taré est une chose que même les spécialistes ne pourraient pas l'expliquer... Un spécimen rare au comportement dévastateur... L'humaine avait de la peine à garder les yeux ouverts, pauvre fille... Dire que ses parents auront une vitesse de ses deux psychopathes. Une famille dévastée en une nuit, pauvre la team Daley... L'humaine en voyant Riley descendre à nouveau sur son minou commence à hurler avant même qu'il ne commence... Le vampire grogna son mécontentement, mais n'arrêtait pas pour autant ! Loin de là, il accéléra le pas... Le fauve commença à tranquillement lui coudre le vagin sans se soucier de ses cris ou de savoir si cela lui faisait mal. La pauvre arrive bientôt à la fin de ses souffrances, mais après terminer de la coudre, Riley chauffa une belle tige de métal et éclata de rire en voyant son regard terrifié rivé sur la bricole.

Il plaqua ce bout de métal chauffé à blanc sur l'endroit le plus ensanglanté sur elle. Elle hurla à nouveau en gigotant comme un ver de terre. Riley huma l'air et sourit en se léchant les babines. « Hum... Quelle douce odeur que la chaire brûlée... Hum... Ca me donne presque faim... Pas toi Miranda ? » Annonça-t-il en riant comme un meurtrier en manque. La chaire continuait de conduire tendrement sous la chaleur. Une fois l'endroit devenu un steak bien cuit, il jeta son outil et vint caresser la joue de sa victime qui le regard avec dégoût. Un sourire carnassier anima son visage et s'assit sur la table en face d'elle.

« Hum... Miranda... Maintenant que j'en ai fini avec ta vieille carcasse... J'ai hâte d'aller me faire ta petite famille... Hein ma belle... Je sais très bien ce qui trotte dans ta petite tête vide... » Il prend une voix de demoiselle en détresse pour l'imiter avant de poursuivre. « Qu'est-ce que tu vas faire, monstre ? S'il te plaît... Pas ma pauvre famille, je les aime ! Oh Riley ! Je t'en prie, fait ce que tu veux, mais pas ma famille... » Termina-t-il d'imiter la pauvre cruche qui pleure, elle ne réagit plus vraiment fatiguer d'avoir hurlé comme une chienne. Mais la crainte anime ses prunelles. « Pathétique ! N'est-ce pas... C'est à ce quoi tu ressembles Miranda... Mais t'inquiète ta famille aura une place bien spécial dans ma demeure... Et tu sais pourquoi ? » Il rigola légèrement à son idée si jouissive, il laissa courir un de ses doigts le long de son cou. « Hum... Ils seront une merveilleuse bête... Monstrueuse créer par mes soins... Une bête aussi obéissante que mes bonnes chiennes, mais en l'occurrence, une bête qui sera de la taille de trois humains. » Termina-t-il en laissant un simple suspens pour la proie ainsi que pour Damon.

Il garda le silence un instant tout en faisant quelques pas devant la femme. « Tu dois te demander ce que je vais faire d'eux... Aller ! Je vais tout te dire ma chère Miranda... » Il leva l'index pour lui indiquer la première étape. « Je vais t'arracher la tête et l'amener à tes parents... Ne t'inquiète, tu n'as juste qu'à bien poser pour que tes muscles se contractent et reste ainsi... Il ne faudrait pas avoir mauvaise mine devant tes parents... » Dit-il en souriant, il leva le majeur. « Deuxième étapes, on jouera avec tes petits parents... Parce qu'ils ont besoin de savoir à qui ils ont à faire, étape que j'apprécie particulièrement ! » Un troisième doigt se dressa. « Après... Ils vont devenir le meilleur animal de compagnie... Tu te demandes comment ils vont devenir LE ! » Insista-t-il sur le dernier mot. « C'est tout simple, ma belle... On va simplement les assembler... Je vais coller leur bouche contre le cul de l'autre... » Il éclata de rire, alors que la pluie battait contre le toit de l'entrepôt. Miranda continuait de hurler... Elle est complètement anéantie. « Ne t'en fais pas... Ils vont souffrir comme toi... Je ne suis pas chirurgien... Mais un boucher... Mais eux, ils vivront... Ta mère sera surement la première partie de mon animal, ta soeur la deuxième et ton père sera le dernier de la chaine. Ils marcheront à quatre pattes... Ta chienne de mère mangera la bouffe et le reste devront manger de la merde... Et ceci n'est pas à prendre au deuxième degré... » Il lui caressa le cou et sourit. « Hum... Surement que je grefferai ta tête sur le cul de ton père... Il se rappellera que sa salope de fille aimait prendre par le cul... » Il éclata de rire avant d'agripper la scie pour lui découper la tête. Il se tourna vers Damon. « Une dernière chose ou touche finale à apporter à ce tableau ? Avant que je lui coupe la tête ! » Son rire revenait remplir la salle.

créée par Matrona




Riley Cooper ✖️ I'm a monster ☣️
« Je t'abattrai comme un vulgaire animal » dis-je, car les seins de ma proie se dressaient entre mes doigts. Mon autre main glissa le long de son cou et elle gicla contre le mur comme un vulgaire pantin. Je lui mordis le cou déjà ensanglanté, elle trémoussait comme un ver de terre, appela à l'aide, puis fut enlacé par les douceurs de la mort. .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•   

Revenir en haut Aller en bas
 

On croit connaître les gens, et pourtant.. [Riley]• [☢ Gore ☢]•

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les gens du voyage
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» [b]GENS JUSTE OU INJUSTE LE SALAIRE DU PECHE C'EST LA MORT ![/b]
» Pretty Little Liars [Drame]
» comment traumatiser des gens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Zone II : Mystic Falls :: 
« City center »
 :: 
« Les Rues & Ruelles »
-